Difference between revisions of "Le Dépit de la bergère, H 7 (Hector Berlioz)"

From ChoralWiki
Jump to: navigation, search
(Original text)
Line 24: Line 24:
 
==Original text and translations==
 
==Original text and translations==
  
{{NoText}}
+
{{Text|French}}
  
<!-- <b>Original text: </b> -->
+
<poem>
 +
De mon berger volage
 +
J’entends le flageolet.
 +
De ce nouvel hommage
 +
Je ne suis plus l’objet;
 +
Je l’entends qui fredonne
 +
Pour une autre que moi.
 +
Hélas ! que j’étais bonne
 +
De lui donner ma foi !
  
<!-- <b>Translation(s): </b> -->
+
Autrefois l’infidèle
 +
Faisait dire aux échos
 +
Que j’étais la plus belle
 +
Des filles du hameau ;
 +
Que j’étais sa bergère,
 +
Qu’il était mon berger;
 +
Que je serais légère
 +
Sans qu’il devînt léger.
 +
 
 +
Un jour c’était ma fête,
 +
Il vint de grand matin ;
 +
De fleurs ornant ma tête,
 +
Il plaignait son destin
 +
Il dit : « Veux-tu, cruelle,
 +
Jouir de mes tourments ? »
 +
Je dis: « Sois-moi fidèle,
 +
Et laisse faire au temps ! »
 +
 
 +
Le printemps qui vit naître
 +
Des volages ardeurs
 +
Les a vu disparaître
 +
Aussitôt que les fleurs;
 +
Mais, s'il ramène à Flore
 +
Les inconstants zéphirs,
 +
Ne pourrait-il encore
 +
Ramener ses désirs?
 +
</poem>
  
 
[[Category:Sheet music]]
 
[[Category:Sheet music]]

Revision as of 13:15, 22 October 2008

Music files

L E G E N D Disclaimer How to download
ICON SOURCE
File details.gif File details
Question.gif Help


Editor: Philip Legge (added 2002-04-30).   Score information: A4, 3 pages, 60 kbytes   Copyright: Personal
Edition notes: PDF file added January 15, 2004

General Information

Title: Le Depit de la Bergere
Composer: Hector Berlioz

Number of voices: 1vv  Voicing: Soprano
Genre: Secular, Chansons
Language: French
Instruments: full orchestra
Published: Berlioz Complete works (1900-1907)

Description:

External websites:

Original text and translations

French.png French text

De mon berger volage
J’entends le flageolet.
De ce nouvel hommage
Je ne suis plus l’objet;
Je l’entends qui fredonne
Pour une autre que moi.
Hélas ! que j’étais bonne
De lui donner ma foi !

Autrefois l’infidèle
Faisait dire aux échos
Que j’étais la plus belle
Des filles du hameau ;
Que j’étais sa bergère,
Qu’il était mon berger;
Que je serais légère
Sans qu’il devînt léger.

Un jour c’était ma fête,
Il vint de grand matin ;
De fleurs ornant ma tête,
Il plaignait son destin
Il dit : « Veux-tu, cruelle,
Jouir de mes tourments ? »
Je dis: « Sois-moi fidèle,
Et laisse faire au temps ! »

Le printemps qui vit naître
Des volages ardeurs
Les a vu disparaître
Aussitôt que les fleurs;
Mais, s'il ramène à Flore
Les inconstants zéphirs,
Ne pourrait-il encore
Ramener ses désirs?