Difference between revisions of "L'ange et l'enfant (César Franck)"

From ChoralWiki
Jump to: navigation, search
(Original text and translations: Added {{DEFAULTSORT:{{WorkSorter}}}})
m (Text replace - "'''Published:'''(.*)" to "{{Published:}}$1")
Line 14: Line 14:
 
{{Language|French}}
 
{{Language|French}}
 
{{Instruments|Piano}}
 
{{Instruments|Piano}}
'''Published:'''
+
{{Published:}}
  
 
'''Description:'''  
 
'''Description:'''  

Revision as of 14:01, 1 September 2016

Music files

L E G E N D Disclaimer How to download
ICON SOURCE
File details.gif File details
Question.gif Help
  • (Posted 2015-08-01)   CPDL #36372:  Network.png
Contributor: Paolo Pandolfo (submitted 2015-08-01).  Score information: A4, 7 pages, 900 kB   Copyright: CPDL
Edition notes: Scanned score

General Information

Title: L'ange et l'enfant
Composer: César Franck
Lyricist: Jean Reboulcreate page

Number of voices: 1v   Voicing: Solo medium
Genre: SecularAria

Language: French
Instruments: Piano

Template:Published:

Description:

External websites:

Original text and translations

French.png French text

Un ange au radieux visage
Penché sur le bord d'un berceau,
Semblait contempler son image
Comme dans l'onde d'un ruisseau.

Charmant enfant qui me ressemble,
Disait-il, oh ! viens avec moi :
Viens, nous serons heureux ensemble
La terre est indigne de toi.

Là, jamais entière allégresse :
L'âme y souffre de ses plaisirs,
Les cris de joie ont leur tristesse
Et Les voluptés ont leurs soupirs.

Eh quoi ! les chagrins, les alarmes
Viendraient troubler ce front si pur,
Et par l'amertume des larmes
Se terniraient ces yeux d'azur !

Non, non : dans les champs de l'espace
Avec moi tu vas t'envoler ;
La Providence te fait grâce
Des jours que tu devais couler.

Que personne dans ta demeure
N'obscurcisse ses vêtements ;
Qu'on accueille ta dernière heure
Ainsi que tes premiers moments !

Que les fronts y soient sans nuage,
Que rien n'y révèle un tombeau :
Quand on est pur comme à ton âge
Le dernier jour est le plus beau.

Et, secouant ses blanches ailes,
L'ange, à ces mots, a pris l'essor
Vers les demeures éternelles.
Pauvre mère, ton fils est mort.